Niger, des parents cultivent les potagers à l'école
05-04-2018 | di COOPI

Niger, des parents cultivent les potagers à l'école

Dans le cadre du projet éducatif financé par la Agence italienne pour la oopération au éveloppement (AICS), COOPI a sélectionné dix écoles primaires, réparties dans trois départements de la région de Diffa (Mainé Soroa, N'Guigmi et Diffa) où ont été installés des potagers scolaires.

Issoufou Haitou, l’agronome de la COOPI qui supervise les activités depuis le mois de septembre 2017 explique comment celle-ci est réalisée :

Le jardinage est une activité qui dépend principalement de la possibilité de disposer d’eau, de la présence d'une clôture, de la disponibilité des ressources en main-d'œuvre et en matériel. Il est donc essentiel, lorsque les écoles bénéficiaires de ce volet du projet AICS choisissent cet élément, de sélectionner les structures qui ont un bon accès à l'eau.

 

Afin d’encourager la participation effective des parents, le CGDES (Comité de gestion) s’est imposé comme formant la voie d’accès permettant la création des jardins à travers une approche participative. Les parents des élèves ont ainsi participé activement et, en collaboration avec les enseignants, ont proposé les cultures maraîchères de leur choix, basées sur leurs préférences alimentaires. On ainsi planté 12 espèces différentes : tomate, chou, laitue, oignon, moringa, maïs, haricot vert, gombo, poivre, aubergine, amarante. En outre, des engrais ont également été mis à disposition ainsi que des produits phytosanitaires et des équipements agricoles.

Afin de renforcer leurs compétences en matière de techniques de production végétale, un séminaire de formation a été organisé pour les enseignants et de certains membres du CGDES et de l'AME (Association des Mères éducatrices) des écoles bénéficiaires de cette activité. Deux journées pendant lesquelles ont été présentés le calendrier semencier, les caractéristiques des semences des espèces fournies et la méthode de gestion communautaire d'un potager.

À cette fin, j’ai travaillé avec la DREP (Direction régionale de l’enseignement primaire) pour la rédaction d’un module de formation qui ensuite été mis à la disposition des écoles participant à l’activité. Nous avons également décidé de nous lancer un "défi" et de tenter une innovation, avec l’installation d’un jardin "hors sol". Cette technique consiste en la production d’espèces de plantes dans un terrain formé par un matériau inerte, l’aggloméré, régulièrement arrosé. On a créé une structure de protection en fer et en bâches et l'irrigation est garantie par un système de goutte à goutte.