Niger, formation des enseignants dans les situations d'urgence
21-11-2017 | di COOPI

Niger, formation des enseignants dans les situations d'urgence

Du 25 septembre au 13 octobre a eu lieu, à N'Guigmi (un des sept départements de la région de Diffa au Niger), la formation de dix enseignants communautaires qui garantiront les activités d’éducation au sein des cinq centres d'alphabétisation, ayant été prévus par le projet éducatif formel et non formel financé par l’AICS (Agence italienne pour la coopération au développement) et destiné aux enfants en âge scolaire des villages d’accueil et des communautés de personnes déplacées à cause de Boko Haram.

Ces personnes ont été sélectionnées en collaboration avec l'Inspection de l'éducation non formelle du Département, qui est concernée par ce genre d’activité, dans le contexte d’un processus de collaboration impliquant les autorités des différents villages et, en particulier, le Comité de gestion, organe de participation à la vie scolaire se composant d'enseignants, de parents, d'élèves et de la communauté.

Pour encourager une forte participation et compréhension, la formation a été dispensée par deux formateurs dans les deux langues de référence des participants : kanuri et fulfuldé. Les trois derniers jours ont été consacrés à l'apprentissage des «aptitudes à la vie quotidienne» qui seront transmises aux élèves. La COOPI représente un point de référence dans la région dans le contexte d’une sensibilisation quant aux problèmes importants tels que l’hygiène, le leadership positif, la santé sexuelle et reproductive. Bien que cette dernière soit parfois considérée comme un sujet tabou, l'équipe de psychologues expérimentés a mis au point des modules de formation simples, qui abordent la question à travers des images de la vie quotidienne, en respectant la diversité des genres et d'une manière nécessairement très discrète.

Au cours des deux phases de formation, une méthodologie participative et inclusive a été utilisée. Après l'introduction de chaque thème, il a été demandé aux enseignants de travailler en groupes pour préparer des leçons standards et de les présenter aux autres participants, afin de renforcer leurs compétences pédagogiques.

Nous avons demandé à un des dix enseignants formés, Mohamed Modou Dala Modou, responsable de l'éducation des élèves du Centre d'alphabétisation de Klakamana, de donner son avis sur la formation reçue. Voici sa réponse :

J’ai beaucoup apprécié le contenu de la formation et également le fait que celle-ci ait été dispensée dans la langue maternelle de chacun d’entre nous, par exemple le kanuri est ma langue maternelle. J'ai découvert beaucoup de choses et j'ai augmenté mes connaissances. Les formateurs étaient très compétents et ils sont parvenus à nous transmettre leurs connaissances. Je suis heureux d'avoir été recruté: nous faisons ce travail pour apporter une aide à notre communauté, nos petits frères et sœurs, et cela nous permet aussi de gagner de l'argent et de soutenir nos familles. Nous voulons tous que les activités soient menées à bon terme, que les enfants soient éduqués, notamment en vertu de notre collaboration avec les animateurs psycho-sociaux avec lesquels nous travaillons. Nous savons et nous constatons ce que la COOPI réalise dans notre région et nous sommes fiers d'en faire partie.