Ce que nous faisons

Services de protection pour les réfugiés de Libye

Ceux qui partent des pays d'Afrique de l'Ouest vers l'Europe passent par l'axe Niger-Libye/Algérie. Malheureusement, le parcours migratoire s'avère souvent très différent de celui prévu et l'espoir de trouver de meilleures conditions économiques et/ou de sécurité est remplacé par des expériences profondément traumatisantes.

Une fois arrivés à destination, un grand nombre de migrants sont faits prisonniers et contraints au travail forcé dans des conditions d'esclavage ; les abus physiques et psychologiques, notamment à l'égard des femmes et des enfants, sont également fréquents.

Pour fournir abri et protection aux personnes évacuées de Libye pendant la période de transit au Niger, COOPI collabore avec le HCR dans le cadre du programme ETM (Emergency Evacuation Transit Mechanism), qui prévoit l'identification des réfugiés et demandeurs d'asile les plus vulnérables dans les centres de détention libyens et leur évacuation vers les pays de transit attendant leur transfert aux pays tiers.

COOPI gère actuellement 6 maisons de passage à Agadez et 17 dans la capitale Niamey, où elle a accueilli à ce jour plus de 1000 personnes. Les hôtes des maisons ont accès à l'hébergement, à la nourriture et aux soins médicaux, assurés par la présence constante d'une équipe de professionnels, ainsi qu'à des activités socio-récréatives et éducatives organisées quotidiennement dans chaque centre, telles que sports, sensibilisation, alphabétisation, théâtre et danse.

Ces activités sont accompagnées d'activités de soutien psychologique, parmi lesquelles des "espaces de conversation" spéciaux, où ceux qui ont vécu des expériences similaires peuvent se sentir en sécurité et partager leurs émotions. Cela facilite la réélaboration d'expériences, la familiarisation avec ses propres peurs et l'établissement d'un réseau de soutien mutuel.

Le but ultime est de fournir aux participants un processus personnalisé d'autonomisation qui leur permettra de surmonter le traumatisme subi et de se reconstruire après ce qu'ils ont subi.


Le projet est financé par
UNHCR