Foire de petits ruminants au Tchad
09-11-2017 | di COOPI

Foire de petits ruminants au Tchad

Au Tchad, donc la région du lac, la COOPI mène à bien, depuis le mois de mars 2017, un programme intégré pour favoriser  la sécurité alimentaire des personnes les plus vulnérables. L’action s’adresse tout particulièrement aux femmes : principalement autochtones, âgées et sans moyens de subsistance ou bien jeunes sans mari et avec des enfants à charge.

Un élément clé de ce projet vise à relancer l'élevage - un secteur traditionnel de l’économie au Tchad - en aidant les femmes à acheter de petits ruminants aux foires organisées par la COOPI en partenariat avec d'autres acteurs locaux.
À cette fin, environ 390 femmes ont été choisies et formées pour améliorer leurs techniques d'élevage, y compris les soins à apporter au bétail et la prévention des maladies infectieuses.

COOPI a choisi les fournisseurs de petits ruminants et, avec la Délégation du gouvernement tchadien pour l'agriculture, a pris des mesures pour protéger la santé des petits ruminants par la vaccination et l'élimination des parasites. Lors des foires qui  se tiennent dans les cantons de Ngarangou, Nguelia et Bol, les femmes ont pu choisir leurs chèvres. Grâce au soutien de l'AICS (Agence italienne de Coopération au Développement), chacune a pu en acheter trois, ainsi que deux sacs de compléments alimentaires : un sac de natron et un autre de résidus de traitement du coton.

Le chef de projet, Fabio Castronovo, nous raconte : «  Les foires ont été réalisées de façon optimale. Notre équipe a pris toutes les mesures nécessaires pour aider les femmes à transporter des compléments alimentaires dans leurs villages, car elles  ne possèdent aucun moyen de transport ».

Dans les mois à venir, la COOPI poursuivra  le suivi exercé sur ces activités et, avec l'approbation du bailleur de fonds, organisera des campagnes de vaccination systématique. Les femmes, ainsi que les chefs de village, ont accueilli de manière très positive l'intervention de la COOPI, en montrant que le projet a répondu jusqu'à présent aux besoins réels du territoire. Toutes les actions menées à bien jusqu’à ce jour visent à renforcer l'élevage caprin dans la zone concernée, en particulier la formation aux techniques d'élevage. Les familles des femmes et les communautés dans lesquelles elles vivent bénéficieront aussi indirectement de l'intervention de la COOPI en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, notamment en ce qui concerne le transfert des connaissances.